-A +A

Le cognac et le pineau des Charentes

Spécialités du vignoble charentais

Les Charentes, pays du pineau, du cognac et du vin charentais

église romane dans les vignes - ©Charentes Tourisme

En Charente, des chais ouvrent leurs portes pour vous faire découvrir des saveurs nouvelles. La Charente, c’est aussi un pays de cocagne, où il fait bon vivre, avec un décor de vignes incitant au repos et à la tranquillité.

Le vignoble du cognac, mondialement renommé

Les vins de Saintonge et de l’Aunis étaient déjà connus hors de nos frontières, depuis le Moyen Âge. Les Hollandais les transportaient par bateau dans les Charentes, afin de le distiller et de le transformer en vin brûlé, "le brandy".

Le cognac est issu d’un vignoble d’exception réparti en 6 crus sur 80 000 hectares de vignes. La ville de Cognac est devenue la capitale d’un commerce de renommée mondiale dont les maisons de négoce en sont les protagonistes.

Transportés par bateaux vers l’Europe du Nord, les vins du Poitou, de La Rochelle et de l’Angoumois font, dès le 13ème siècle, le bonheur des Anglais, des Hollandais et des Scandinaves. Puis, à partir du 17ème siècle, ils sont sublimés en eau-de-vie puis bonifiés en fûts de chêne, pour devenir du cognac.

Au fil du temps, le Cognac a développé sa réputation. Eau-de-vie de vin, le cognac est issu de trois cépages : Ugni Blanc (98% de la production), Folle Blanche et Colombard.

Le pineau, alliance de jus de raisin et de cognac

Depuis quatre siècles, le pineau s'est fait un nom et est aujourd'hui un grand vin d'apéritif et de dessert. Le Pineau des Charentes, c’est le mariage unique entre le moût du raisin et un cognac jeune. Il associe la suavité de l’un à l’ardeur de l’autre, pour donner naissance à un savoureux mélange.

C'est en 1589 qu'est apparu pour la première fois le pineau. Un vigneron maladroit aurait fait tomber dans un fût d'eau-de-vie de cognac, du moût de raisin. Celui-ci, furieux de sa maladresse, aurait alors laissé le tonneau dans un coin. 

Les années passèrent jusqu'au jour où, à la suite d’une récolte très abondante, le vigneron dût vider ce fût, pour le réutiliser et là, il découvrit la métamorphose qui s'était accomplie. Il fut le premier à gouter au pineau, liquide, limpide, fruité et coloré.