-A +A
Royan Atlantique

J’ai grimpé en haut du phare de la Coubre

Une expérience insolite

25 février 2019
Pierre, auteur de l'article - ©P.Migaud / FDHPA17

Pierre

Explorateur du dimanche

Connaissez-vous le point culminant de la Charente-Maritime ? Il s’agit du bois de Chantemerlière, au sud du seuil du Poitou, avec ses...173m ! Autant  dire que le plat pays, c’est surtout ici. Pour prendre un peu de hauteur sur le littoral, direction la Côte Sauvage et en particulier le phare de la Coubre pour une expérience rare : grimper en haut d’un phare...

Nous avons souvent tendance à banaliser l’extraordinaire. Prenez la Charente-Maritime par exemple, elle compte une multitude de phares sur son littoral : le phare de Chassiron sur l’île d’Oléron, le phare des Baleines sur l’île de Ré et bien d’autres représentants de ces géants du littoral qui nous offrent des balades originales. Ce patrimoine unique sera bientôt reconnu car le phare de Cordouan est en lice pour intégrer le patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO. Bon le phare est “géographiquement” en Gironde, mais le chauvinisme est lui bel et bien charentais ! Bref, tout ça pour dire que la Charente-Maritime permet de vivre une expérience hors du commun : celle de grimper en haut d’un phare.

Direction donc la forêt de la Coubre au coeur de la Côte Sauvage, sur la presqu’île d’Arvert, entre Marennes et Royan. Une fois passé le pont de la Seudre, en quelques kilomètres, les paysages changent radicalement et le dépaysement est total : Nous sillonnons alors une magnifique route au coeur d’une incroyable pinède. Rien que le déplacement en vaut la chandelle : sous le soleil et à travers ses virages, le décor respire les vacances...les amateurs de vélo y trouveront leur compte avec de multiples pistes cyclables, situé sur la Vélodyssée.

Enfin, nous arrivons au pied du géant du jour : le phare de la Coubre et ses 64m de haut. Tout d’un coup, une question me taraude : Sommes-nous bien devant un phare ou au pied de la fusée qui emmènera Tintin et sa bande de copains sur la lune ? Ses couleurs vives ne nous laissent pas de marbre et nous replongent dans notre enfance. Alors qu’il est déjà l’heure de monter à bord, on apprend que le phare fut construit en 1905 à...1,5 km de la côte ! L’érosion marine a fait son oeuvre et le phare a maintenant presque les pieds dans l’eau. Ce constat nous alarme sur la fragilité de ce milieu naturel et la nécessité de prendre soin de l’environnement qui nous entoure. Promis, plus jamais je ne monterai sur une dune !

C’est maintenant le moment de grimper les 300 marches qui nous séparent du sommet. Sans pour autant se prendre pour un aventurier de l’extrême, la montée est physique, c’est du sport, et ce n’est pas qu’une expression. En effet, en tant qu’amateur de running, l’agent d’accueil, d’une grande gentillesse, m’apprend qu’une course, “l'Extrême 300” est organisée chaque année dans le phare. Objectif : monter le plus vite possible. Le record : une minute et deux secondes. Le défi m’intéresse vraiment mais en attendant il faut déjà finir cette montée là !

Un dernier effort et le tour est joué, nous voici tout en haut du phare de la Coubre. Il ne faut pas souffrir de vertige devant l’immensité d’un panorama à 360 degrès. Le site est tout simplement superbe et nous découvrons alors l’étendue de cette forêt domaniale mais aussi la longueur du littoral de la Côte Sauvage. D’un côté, on plonge vers la baie de Bonne Anse, La Palmyre puis Royan. Et de l’autre, on profite d’un paysage sensationnel de plages et de dunes jusqu’à la “Pointe Espagnole”.

La vue sur l’océan Atlantique est époustouflante, et avec l’aide de connaisseurs, on peut même voir la formation de baïnes, qui demande une grande vigilance au moment de la baignade. “Eh, on aperçoit la statue de la liberté !” On a beau être à près de 5000 km de New York, cette bonne vieille blague fonctionne toujours. Sur cette touche d’humour, c’est déjà le moment de descendre à travers cet “escargot” d'opaline bleue que dessinent les escaliers du phare.

Après un petit tour du côté de l’écomusée du phare de la Coubre qui évoque l’histoire du “géant de lumière”, nous repartons à travers la forêt du même nom pour une dernière halte à Ronce-les-Bains, charmante station balnéaire, à moins de 20mn du phare. Toutes ces émotions nous ont donné faim, c’est le moment de déguster des “churros” en terrasse !

La bonne nouvelle, c’est que de très nombreux campings se cachent dans la forêt de la Coubre et offrent un cadre naturel propice à la détente et au dépaysement. C’est le lieu idéal pour venir en vacances en famille, et grimper une nouvelle fois dans notre phare préféré.

 

Tous les campings de Royan Atlantique

Un coucher de soleil en haut du phare

Une expérience familiale à petit prix

Incroyable panorama à 360°

  • Panneau de direction du phare de la Coubre - ©P.Migaud / FDHPA 17
  • Pied du phare de la Coubre - ©P.Migaud / FDHPA 17
  • Le phare de la Coubre - ©P.Migaud / FDHPA 17
  • L'escalier du phare de la Coubre - ©P.Migaud / FDHPA 17
  • Le littoral de la Côte Sauvage vu du phare - ©P.Migaud / FDHPA 17
  • Phare de la Coubre - ©P.Migaud / FDHPA 17
  • Ronce-les-Bains - ©P.Migaud / FDHPA 17