-A +A

Les marais salants - English

Des paysages étincelants entre terre et mer

La culture du sel est une activité ancestrale sur l’île de Ré.

Sel de l'île de Ré - ©P.Migaud / FDHPA17

Au 19e siècle, un cinquième de l’île était consacré à la saliculture. Après un déclin de l’activité au 20e siècle, l’exploitation artisanale des marais salants revient aujourd’hui à la mode, favorisant l’installation de nouveaux sauniers sur l’île de Ré.

Les marais salants à vélo

L'ensemble des marais se situe au nord de l'île sur tout le pourtour du fier d'Ars et de la fosse de Loix. Pour découvrir les marais salants rien de mieux que de circuler à vélo. L’île de Ré, avec un réseau de 110 km de pistes cyclables, est le paradis du cycliste !

Le chemin des marais est un itinéraire de 18 km au départ de la Couarde jusqu’aux Portes-en-Ré. Le circuit chemine à travers le damier des marais du fier d’Ars. À la belle saison, munissez-vous d’un chapeau car il n’y a pas d’ombre sur le parcours !

La piste cyclable traverse la réserve naturelle de l’Illeau des Niges. Elle est gérée par la LPO, Ligue de Protection des Oiseaux. En effet, d’importantes colonies d’oiseaux viennent nicher dans le marais du fier d’Ars. Les vasières offrent des conditions idéales pour le repos et l’alimentation des oiseaux migrateurs qui viennent y faire escale avant de reprendre leur long voyage.  Visitez la Maison du Fier pour tout savoir sur la faune et la flore du marais.

Les sauniers de l’île de Ré

Les marais salants de l’île de Ré ont vu passer des générations de sauniers. On comptait plus de 1000 sauniers sur l’île au 19e siècle et une production de 25 000 tonnes par an. Aujourd’hui, ils sont presque une centaine à faire revivre le marais et récolter l’or blanc.

La majeure partie de la production de sel de l’île de Ré a lieu à Ars-en-Ré où se trouve la coopérative des sauniers. La vente de sel se fait à la Cabane des Sauniers sous la marque « Les Sauniers de l’île de Ré ».

Si la récolte de sel a lieu l’été, le travail du saunier dure toute l’année. À l’automne, on rentre le sel amassé sur la bosse à la coopérative, c’est le charroi. L’hiver est une période de repos qui est aussi consacrée aux travaux de remise en état du marais. Au printemps, il est temps de nettoyer et de préparer le marais en le laissant sécher avant de le remplir à nouveau pour la récolte de l’été suivant.

Le fonctionnement du marais

Façonnés par les moines dès le 15e siècle, les marais salants sont des bassins creusés dans l’argile naturelle afin que l’eau passe de l’un à l’autre par gravité.

Depuis le vasais, bassin de réserve d’eau de mer dans lequel elle va décanter, l’eau salée circule ensuite dans les métières pour favoriser l’évaporation et concentrer le taux de sel. Elle entre ensuite dans le champ de marais qui compte un grand nombre de petits bassins, puis termine son voyage dans les aires saunantes.  À la surface, se forme une mince couche de sel que l’on nomme la fleur de sel. Le gros sel se trouve au fond des carrés et sera ramassé en dernier.

Pour tout savoir sur le fonctionnement du marais et le métier de saunier, visitez l’écomusée du marais salant à Loix-en-Ré. Une exposition permanente retrace l’histoire des marais salants rétais. Les commentaires du guide autour d’une maquette éclairent le visiteur sur les techniques employées pour cultiver le sel marin. Des visites guidées d’un marais en activité ont lieu régulièrement dans la journée.