-A +A
Saintonge / Cognac

Dégustation de cognac au cœur du terroir !

Le trésor des Charentes

25 juillet 2018
Portrait de Pierre, blogueur - ©P.Migaud

Pierre

Explorateur du dimanche

L’ancien Poitou-Charentes est une terre de gastronomie reconnue grâce à la qualité de ses produits locaux : melons charentais, fromages de chèvre, huîtres, beurre, mojhettes…mais que seraient les Charentes sans son vignoble du cognac ? Nous avons profité d’une visite dans un chai pour participer à une dégustation de pineau des charentes et de cognac.

80 000 hectares de vignes, 6 crus d’exception sur deux départements…en arrivant sur la Charente et la Charente Maritime, on comprend immédiatement que le paysage a été construit depuis des siècles par le savoir-faire de l’homme. Le vignoble du cognac est même présent sur les îles de Ré et d’Oléron, c’est pour dire ! Si le cognac dispose depuis des décennies une renommée internationale d’envergure, c’est plutôt le pineau qui a la faveur des français, sans oublier les vins de pays charentais.

Loin l’idée de-moi de vous faire un exposé plan-plan du cognac, je préfère vous faire découvrir les coulisses de la production de ce trésor local. J’ai donc pris la direction de Saint Sulpice de Royan, pour visiter le chai de vieillissement du pineau de la maison Jules Gautret, suivi d’une dégustation.

Laurent et Thierry, bons-vivants et fin-connaisseurs, nous accueillent pour une visite au cœur de la production du célèbre breuvage. Des vendanges au vieillissement en passant par la distillation, le parcours du raisin n’a plus de secret pour nous. On comprend vite que le maître de chai est l'acteur principal de cette belle histoire qu’est l’élaboration du cognac. C’est lui qui assemble les différentes eaux-de-vie aux âges ou aux crus variés. Résultat ? Une œuvre unique à tous les coups !

On adore écouter les légendes autour du pineau : cette histoire bien connue de la boulette d’un vigneron du XVIème siècle qui verse du moût de raisin dans un tonneau de cognac…et obtient ainsi plusieurs années après le premier pineau de l’histoire, aujourd’hui apéritif incontournable !

On évoque aussi la fameuse « part des anges », cette évaporation naturelle qui s’échappe des fûts et vient nourrir un champignon microscopique qui noircit les murs en pierre typiques des Charentes. Un phénomène qu’on découvre facilement en visitant la ville de Cognac par exemple.

« Une dégustation, c’est un véritable voyage pour les sens »

La visite du chai se termine avec les salles de vieillissement et ses odeurs si particulières. Les alignements de tonneaux donnent le ton : ici on prend le temps d’être bon ! Place maintenant à une initiation à la dégustation, histoire de se prendre pour un spécialiste au prochain resto en amoureux et épater madame.

Rapidement, on constate qu’une vraie dégustation ne s’improvise pas, c’est une affaire d’experts ! Plusieurs étapes sont indispensables pour profiter des arômes uniques qui se dégagent de chaque bouteille. C’est un voyage des sens qui débute par la vue : oui, regarder la couleur du vin c’est déjà avoir une indication précise sur son caractère. En faisant tourbillonner son verre à pied comme un pro, on peut voir aussi se déposer des « larmes » signe d’un taux d’alcool plus important ou d’un pineau plus sucré.

Prochain sens en éveil : l’odorat. Avant d’être bu, un vin ou une liqueur, ça se sent…mais pas n’importe comment ! On doit placer son nez d’une certaine manière et laisser son imagination faire le reste. A la question « qu’avez-vous la sensation de sentir ? », les réponses insolites fussent : quand une personne pense sentir de la cannelle, d’autres parlent d’agrumes ou encore de fromage ! La bonne nouvelle c’est qu’il n’y a pas de mauvaises réponses, chacun ressent les odeurs à sa manière, en fonction de ses habitudes et de ses envies…

Place maintenant au goût avec la mise en bouche. On serre les dents et faisant glisser une gorgée de cognac entre la langue et son palais comme s’il s’agissait d’un bain de bouche (enfin presque), avant soit d’avaler ou de recracher (comme les pros on vous dit !) pour dégager les arômes les plus discrets. Et ici, la magie opère ! Parfois la saveur reste, persiste en bouche, parfois moins. Parfois on aime, parfois moins. C’est une question de goût et de personnalité. Certains préfèrent les vins puissants, d’autres non. C’est l’occasion d’échanger avec son voisin et de comparer ses émotions. On parle aussi de l’accompagnement au cours d’un repas : un bout de fromage de chèvre par exemple. Ici aussi, il faut essayer de nouvelles compositions et ne pas se restreindre aux valeurs sûres déjà connues. Le temps d’un instant, on se prend pour un sommeiller et c’est plutôt agréable.

Fin de la visite déjà, il est déjà temps de repartir, pour certains une bouteille souvenir dans une « poche » (un cabas pour les non bilingue franco-saintongeais !). J’ai le sentiment d’avoir appris des choses et j’aimerai continuer à mieux connaître ce savoir-faire unique. Il y a à travers le terroir charentais une multitude de petits producteurs ou bien de maisons de négoce qui s’offrent aux visiteurs et que l'on retrouve sur le site internet des "Etapes du Cognac".

Bien évidemment, l’alcool est dangereux pour la santé et à consommer avec modération !

Tous les campings dans le pays du cognac

Un savoir-faire unique à découvrir

Un produit 100% local

Moment convivial assuré

  • Vue du chai et des cuves de vieillissement - ©P.Migaud / FDHPA17
  • Cuve de pineau blanc - ©P.Migaud / FDHPA17
  • Vignes dans le vignoble du cognac - ©P.Migaud / FDHPA17
  • Dégustation de pineau blanc - ©P.Migaud / FDHPA17
  • Dégustation de cognac - ©P.Migaud / FDHPA17
  • Vue intérieur des chais Jules Gautret - ©P.Migaud / FDHPA17